Les prothèses totales de hanche

Vous souffrez de la hanche, et votre chirurgien consulté vous a proposé le remplacement de votre articulation par une prothèse totale ?

Pourquoi une prothèse totale de hanche est-elle nécessaire ?

Qu’est-ce que la hanche ?

La hanche est l’articulation qui relie le bassin au fémur. Elle supporte le poids du corps et est essentielle au bon déroulement de la marche. Le bassin est creusé d’une cavité arrondie appelée cotyle dans laquelle s’articule l’extrémité supérieure sphérique du fémur appelée tête du fémur.

Anatomie de la hanche

Dans quelles maladies met-on en place une prothèse totale de hanche ?

L’atteinte de votre hanche peut avoir différentes origines :

  • L’arthrose est la cause la plus fréquente ; il s’agit d’une usure du cartilage pour laquelle on ne retrouve pas toujours de cause (on parle alors d’arthrose primitive).
  • Traumatique : le plus souvent une fracture du col du fémur
  • Les rhumatismes inflammatoires peuvent entraîner la destruction du cartilage de la hanche, souvent en association avec l’atteinte d’autres articulations.
  • L’ostéonécrose : c’est une partie de la tête du fémur qui meurt en perdant sa vascularisation. Elle peut être la conséquence d’une fracture du col du fémur, mais elle survient aussi sans traumatisme. Cette maladie touche alors souvent des patients jeunes (35 à 50 ans) et atteint fréquemment les deux hanches. Elle peut être favorisée par l’excès de certaines graisses, la prise de médicaments (corticoïdes), l’abus d’alcool et certaines maladies héréditaires (drépanocytose). Mais il n’est pas rare qu’aucune cause ne soit identifiée.
  • Il peut exister d’autres causes plus rares comme des séquelles de traumatismes de l’extrémité supérieure du fémur et du cotyle ou de maladies de l’enfance.

Quels examens pour l’opération ?

Votre chirurgien vous prescrira un bilan radiographique, un scanner ou une IRM. La radiographie est le plus souvent suffisante pour permettre un diagnostic sûr. L’anesthésiste vous demandera de faire une prise de sang, un examen cardiovasculaire en fonction de votre âge et parfois d’autres examens selon vos antécédents.

Votre intervention

L'anesthésie ?

L’intervention est pratiquée sous anesthésie générale, ou anesthésie du bas du corps. C’est le médecin anesthésiste qui vous précisera, lors de la consultation préopératoire d’anesthésie, les modalités, les bénéfices et les risques de l’anesthésie choisie.

Comment se déroule l’opération ?

Dans un premier temps, l’articulation de la hanche est ouverte puis préparée pour accueillir la prothèse. La prothèse totale, composée de plusieurs pièces, remplace les deux parties de l’articulation, d’une part la tête et le col du fémur, d’autre part, la partie de l’articulation coté bassin (le cotyle).

Les pièces de la prothèse seront choisies pour reproduire l’architecture et le mouvement naturel de l’articulation.

Les moyens d’accéder à l’articulation (= voies d’abord), la position pendant l’opération, les techniques de mise en place de la prothèse, le choix du type de prothèse, dépendent des habitudes du chirurgien et des caractéristiques du patient.

Suites habituelles et conditions de vie après une prothèse totale de hanche

Comment vit-on avec une prothèse de hanche ?

Dans la plupart des cas on vit normalement avec une prothèse totale de hanche, avec toutefois quelques précautions.
Seule votre hanche a été remplacée, mais le reste de votre organisme est inchangé et vous devrez adapter votre activité à votre condition physique.

Il faut le plus souvent plusieurs mois pour tirer tout le bénéfice de l’opération. Du fait du mauvais fonctionnement de votre hanche avant l’opération, vos muscles ont bien souvent fonctionné dans de mauvaises conditions plusieurs mois voire plusieurs années. Il leur faudra donc du temps pour reprendre leur force et leur souplesse. Les progrès seront réguliers durant les trois premiers mois. En pratique il faut attendre au moins 6 mois pour « oublier » la prothèse, ce qui est l’objectif recherché. Le temps de la cicatrisation, de l’adaptation de votre squelette à votre prothèse et de récupération de la souplesse et de la force de vos muscles est long.

La conduite automobile

Plusieurs études ont montré qu’après l’intervention, il est nécessaire d’attendre un, voire deux mois, pour retrouver les réflexes nécessaires à une conduite sûre.

Le sport

Non seulement le sport n’est pas contre-indiqué mais, au contraire, la pratique d’un sport d’entretien adapté à votre état général vous sera bénéfique. Il faut privilégier les sports qui ménagent la hanche opérée. L’activité sportive sera fonction de ce que vous faisiez comme sport déjà avant la détérioration de votre hanche.

La marche, la course prudente, le vélo, la natation, le golf seront les bienvenus. Par contre, les sports qui soumettront votre articulation à des traumatismes, (ski, football, rugby), à des mouvements extrêmes ou des impacts violents, (parachutisme, sports de combat…) peuvent être dangereux pour votre prothèse plus encore qu’ils l’étaient pour votre hanche « naturelle ».

Une fiche pratique de la SOFCOT est disponible sur les prothèses totales de hanche.